Fiche artiste

Fiche Artiste


Robert et vous

Robert Palmer

Robert Palmer, le dandy de la pop anglaise

 

Entre funk, reggae et blues, le style de Robert Palmer, dandy anglais de la musique pop séduit le public de la décennie 70 à travers des titres inoubliables tels que « Addicted To love » ou encore « Johnny And Mary ».

 

Les débuts difficiles du jeune Palmer

 

Robert Allen Palmer voit le jour à Batley, dans le nord de l'Angleterre au début de l'année 1949. Son enfance est marquée par son séjour sur l'Ile de Malte où était affecté son père, militaire dans la Navy.

 

À l'âge de 19 ans, fortement influencé par les chanteurs de blues et de soul afro-américain : Otis Redding, Billie Holiday ou encore Marvin Gaye, le jeune Robert retourne en Angleterre et arpente le pays avec ses premières formations musicales. Trois albums voient le jour au cours de cette période. On se souvient notamment de « Rock'n Roll Gypsie » publié en 1973.

 

Malheureusement, le succès tarde à venir et Robert Palmer décide d'abandonner la musique et se sépare de ses premiers acolytes réunis au sein des groupes The Alan Bown Set et Vinegar Joe.

 

Les premiers succès avec Island

 

Mais le hasard en a voulu autrement, Palmer rencontre Chris Island, producteur et fondateur du très célèbre label Island qui produit entre autres Bob Marley, Cat Stevens ou encore U2.

 

L'artiste enregistre alors son premier album solo baptisé « Snakin' Sally Thru The Alley » en 1974. La réussite est cette fois-ci au rendez-vous et Palmer enchaîne trois albums : « Pressure Drop » en 1975, « Some People Have All The Fun » en 1976 et enfin, « Double Fun » deux ans plus tard.

 

Entre funk, reggae et blues, le style étonne et séduit le public britannique de la décennie 70 et assure au chanteur un succès international.

 

À sa mort en France en 2003 à l'âge de 54 ans, le dandy de la pop anglaise laisse derrière lui de nombreux tubes dont « Johnny And Mary », « Every Kind Of People », « Looking For Clues » ou encore « Addicted To Love ».

 

Publicité