Roger Waters travaille à un nouvel album solo

ROGER WATERS

Alors qu’il vient de se produire au Stade de France samedi dernier et d'ériger une nouvelle fois sur scène le fameux mur de son titanesque spectacle The Wall, Roger Waters s’est confié sur ses prochains projets lors d’une interview accordée à l’émission Hardtalk de la BBC.

 

L’ancien bassiste et leader de Pink Floyd, Roger Waters a révélé travailler actuellement à la conception d’un nouvel album solo, le premier depuis l’orchestral Ça ira, paru en 2005 et avant cela « Amused To Death », datant de… 1992. « Je progresse très vite. Je ne vais pas donner plus de détails, mais j’ai pensé à un concept très très fort, qu’il faut que je peaufine encore. Je compte enregistrer encore au moins un album et il me tarde de m’y mettre. » 

 

Selon le journal canadien Le Soleil, le fil conducteur en question serait les croyances politiques et religieuses. « Durant la tournée de The Wall en Amérique du Sud, j'ai commencé à écrire une chanson », raconte le chanteur et bassiste. « J'ai travaillé là-dessus pendant quelques semaines, puis je l'ai montrée à mon groupe. On s'est assis ensemble lors d'un repas, avec les choristes et tout, et ça m'a rempli d'enthousiasme pour faire un autre album. J'ai trouvé la chanson centrale (‘Heartland’, ndj) et beaucoup des chansons que j'ai composées au fil des dix dernières années semblaient s'imbriquer dans le thème central de celle-ci. » 

 

Le bassiste-chanteur est en outre revenu au micro de la BBC sur un épisode douloureux de sa carrière : le procès contre les autres membres de Pink Floyd après avoir quitté le groupe en 1985. Il s’était alors opposé à l’exploitation commerciale du nom, dont il s’estimait co-dépositaire.

Aujourd’hui, il affirme regretter amèrement son attitude belligérante de l’époque : « J’avais tort ! (…) C’était une décision commerciale et c’est bien l’une des seules fois de ma vie où le droit m’a appris quelque chose. Parce que quand je suis allé voir les gars et que je leur ai dit : ‘écoutez, on s’est séparés, ce n’est plus Pink Floyd maintenant.’ Ils m’ont répondu : ‘Mais qu’est-ce que tu veux dire ? C’est hors de propos, c’est devenu une marque, ça a une valeur commerciale, tu ne peux pas dire que ça n’existe plus. (…) De toute évidence, tu ne connais pas la jurisprudence anglaise.’ La loi est tout ce qu’on a, c’est d’ailleurs tout le propos de The Wall. »

 

Écrit par Ollmedia

 

Publié le 23/09/2013
Publicité
  • Vos messages
    en direct
  • Laissez-nous
    un message

    sur le répondeur
  • -->