Smashing Pumpkins : Billy corgan retrouve sa guitare volée il y a 27 ans!

Vous ne le saviez peut-être pas mais lors d’un concert à Detroit en 1992, Billy Corgan  s’était fait volé sa guitare préférée, une Fender Stratocaster du début des années soixante-dix qu’il avait utilisée sur ‘Gish’, l e premier album des Smashing Pumpkins sorti en 1991.

 

Aujourd’hui, 27 ans après sa disparition, l’instrument est finalement retourné aux mains de son maître!

 

La guitare n’avait pas quitté le Michigan puisqu’elle avait été achetée il y a plus d’une dizaine d’année par une femme qui avait déniché l’objet pour 200 dollars dans un vide-grenier de Détroit, alors qu’elle en ignorait la provenance et qu’elle savait encore moins jouer de la guitare.

 

C’est un ami de la propriétaire, qui après avoir vu un article sur Billy Corgan et sa Stratocaster volée a alerté celle-ci qui a immédiatement contacté l’équipe de Billy Corgan.

 

Ce dernier avait en effet cherché longtemps cette guitare à laquelle il tenait particulièrement. D’après le leader de Smashing Pumpkins c’est en effet cette guitare qui a défini le son du groupe. Avant elle, Billy Corgan avait grandi en jouant sur une Gibson Flying V, mais lorsqu’il a commencé à jouer avec la Stratocaster, son approche de la guitare a pris une direction toute autre.

 

«Elle a instantanément changé le son du groupe quand j’ai commencé à la jouer» a confié Corgan au sujet de la guitare retrouvée. «Quand on me l’a volée, ce n’était pas simplement, ‘oh non, on m’a volé ma guitare.’ C’était la guitare qui avait transformé ma façon de jouer et grâce à laquelle j’avais trouvé mon identité.»

 

Bien que Corgan était convaincu qu’il retrouverait un jour sa guitare, le fait que la propriétaire n’ait demandé aucune somme d’argent en échange de l’instrument, alors que le guitariste avait par le passé proposé des récompenses allant jusqu’à 20.000 dollars à qui rapporterait l’instrument, a stupéfié le chanteur qui a commenté l’aventure de la sorte :

 

«Elle n’a rien voulu. Dieu la bénisse. Cela entre dans la catégorie ‘les miracles peuvent se produire’. Même pour un cynique comme moi. »

 

Publié le 07/02/2019
Publicité