The Velvet Underground : fin du procès de la « banane »

THE VELVET UNDERGROUND

La bataille juridique entre The Velvet Underground et la fondation Andy Warhol pour les droits liés à l’image de la banane qui orne la pochette de l’album The Velvet Underground & Nico, sorti en 1967, trouve enfin son épilogue. 

 

La cour fédérale de New York, par la voix de la Juge Alison Nathan, a en effet annoncé hier que les deux parties avaient trouvé un terrain d’entente. Les termes de l’accord ne seront toutefois pas rendus publics selon Joshua Paul, l’avocat de la fondation. Quant à l’avocat des musiciens, Christopher Whent, il s’est refusé à tout commentaire. 

 

La procédure judiciaire avait été engagée par les deux membres historiques du Velvet Underground, Lou Reed et John Cale, en janvier 2012. Cela faisait suite au projet de la fondation, qui est en charge de gérer les droits de l’artiste défunt, d’utiliser le logo à des fins commerciales, en l’occurrence la vente de produits dérivés (pochettes, sacs, etc.) pour l’iPod et l’iPad de la marque Apple. 

 

Lou Reed et John Cale arguaient du fait que l’image de cette banane, bien que conçue par Andy Warhol, alors manager et mentor du groupe, était devenue au-delà de ce disque, « un symbole, une icône, du groupe » selon les mots de Reed. Mais en l’absence de droits d’auteurs définis – le logo n’ayant jamais été déposé, l’une et l’autre des parties remettaient en cause la légitimité de l’adversaire à exploiter l’image.

 

Le reste des travaux de Warhol qui bénéficient d’un copyright, a été estimé à plus de 120 millions de dollars. Leur exploitation par le biais de licences rapporterait 2,5 millions de dollars par an à la fondation. 

 

Lou Reed va maintenant pouvoir se concentrer sur ses activités artistiques et notamment la préparation de son retour discographique, prévu pour 2014, qui s’accompagnera vraisemblablement d’une tournée.

 

Écrit par Arnaud De Vaubicourt

 

Publié le 31/05/2013
Publicité