Voilà comment Brian Johnson a surmonté le syndrome de la page blanche pour écrire ‘Hells Bells’

Dans quelques semaines, Brian Johnson sera l’invité de l’émission télé ‘The Big Interview’. Ainsi l’ex chanteur d’AC/DC se confiera à l’animateur Dan Rather  le temps d’un épisode qui sera diffusé le 01 octobre. 

 

Un court extrait visant à promouvoir l’emission a été publié, dans lequel Brian Johnson revient sur la grosse panne créative qui a bien failli l’empêcher de composer  son premier album avec AC/DC. Le rockeur explique qu’il n’arrivait pas à aligner trois mots pour écrire les chansons de l’album ‘Back in Black’.

 

Un syndrome de la page blanche qui a vu son épilogue aux Bahamas grace à une tempête tropicale à laquelle le chanteur a assisté alors qu’il prenait son petit-déjeuner avec le producteur Mutt Lange, à qui il était en train de confier ses difficultés. 

Quand soudain un éclair dans un ciel noir a interrompu l’entretien : «Oh le tonnerre gronde…» (‘Oh, it’s rolling thunder’) a remarqué le chanteur. Puis il poursuit : « tonnerre gronde, pluie battante, j’arrive comme un ouragan» (‘Rolling thunder, pouring rain, coming on like a hurricane’). «Je faisais littéralement un bulletin météo!» ironise-t-il sur la situation.

 

Et c’est ainsi, par un éclair de génie qu’est né le texte de ‘Hells Bells’, premier morceau de l’album ‘Back in Black’, passant le relai du vénéré et regretté Bon Scott, mort à peine quelques mois avant l’enregistrement de l’album, à la nouvelle voix criarde et infernale de Brian Johnson.

 

Publié le 30/08/2019
Publicité